... Le très joli coup de coeur de Jacques Ibanes : 

http://revue-texture.fr/les-coups-de-coeur-de-jacques-924.html#fete

Revue-Texture est un espace critique. L'écrivain Michel Baglin y propose, ainsi qu’une dizaine de collaborateurs réguliers, des articles, des portraits, des entretiens, des notes de lectures et des dossiers sur des centaines d’auteurs. Mais aussi des documents sonores (chansons) et de nombreuses annonces et infos pratiques.

Jacques Ibanès est poète, il est aussi musicien et chanteur et interprète les poètes lors des nombreux récitals qu’il donne ici et là. Il est encore marcheur et nous livre aussi des carnets de route. Mais ses chemins d’encre de lecteur (et d’auditeur) sont aussi multiples et flâneurs...

***

Sylvie Damagnez : « La grande fête »



C’est tout d’abord un ouvrage de ferveur écrit par la petite-fille d’un Poilu de la Somme, Jean Damagnez « qui partit, qui revint/ Et vécut en sursis le reste de sa vie » après sept années de galère dans l’armée. 
C’est ensuite un recueil de nouvelles rythmées par des poèmes d’excellente venue. C’est enfin un livre dont la qualité littéraire des textes révèle une maturation lente et passionnée. 
Belle antiphrase, le titre joyeux de « Grande Fête » qui fait songer au vers d’Apollinaire « Ah Dieu ! que la guerre est jolie » est immédiatement contredit par l’image de la couverture. Celle-ci expose quelques objets familiers de l’habitué des tranchées : casques, couverts, gamelles, douilles, grenades et autres ferblanteries vert-de-grisées par le temps. D’emblée, nous voilà conviés à l’horrible festin de la Grande Guerre. 
La première nouvelle, « Victoire », clame-telle la fin des combats ? Non, ce vocable est le nom pimpant d’une cloche dont le glas annonce la déclaration de guerre « d’une voix qui sonnait l’hallali ». Au fil des textes, l’auteure nous transporte tantôt sur le front, tantôt à l’arrière, tantôt dans les marges, lieux annexes du conflit, comme cette église transformée en hôpital où des infirmières tentent d’apporter un peu d’humanité dans la souffrance quotidienne (« Le premier né »). 
Dans ces éclats de vie qui oscillent entre émotion, humour et indignation, on découvre la solidarité entre combattants des deux bords (« Bon Noël, courrier »), la mobilisation généreuse de ceux de l’arrière qui n’étaient pas tous des profiteurs (« La popote-ambulance »), la solitude du permissionnaire (« L’au-revoir »), la connivence avec le cheval, autre martyr du conflit (« Les Quatre Fers »), l’espoir suscité par les marraines de guerre » (« Ma Reine »), la détresse des « sacrifiés », tel le personnage de « Verre d’eau » : « Son vrai nom c’est Auguste. Depuis qu’il est revenu de la guerre, il boit. On ne lui connaît pas de femme, pas de famille. Les autres l’ont surnommé Verre d’eau. Deux syllabes qui claquent comme le tocsin, comme la cloche des dockers, comme un coup de feu et son écho sous la pluie. Comme la terre qui retombe sur les casques. » 
Pour nourrir ses fictions et nous les rendre aussi vivantes, Sylvie Damagnez a puisé aux meilleures sources. Outre les récits de son grand-père, elle a lu les nombreux écrits des auteurs combattants (Barbusse, Dorgelès, Hemingway, Jünger...), mais aussi les lettres et carnets des anonymes. Peintres et musiciens ont également favorisé son inspiration. « Quand j’ai compris ce qu’avait été réellement la première guerre mondiale, j’ai été bouleversée pour le reste de mes jours » explique Sylvie Damagnez dans sa postface. 
Ainsi, avec ces nouvelles dont la chute « à la française » confère toujours une touche d’inattendu très réussie, « La Grande Fête » vient s’ajouter de belle manière au corpus considérable d’une guerre qui n’en finit pas de tarauder l’imaginaire collectif. 

(Sylvie Damagnez La Grande Fête L’Atelier Insolite 164 p. 15 € ISBN 9 782746 698093. À noter que Sylvie Damagnez tient un blog fort intéressant voué à la connaissance des Hautes-Alpes, sa terre élective : sylviedamagnez.canalblog.com/ )

 ***

Jacques Ibanes publie un livre ces jours-ci : "Plein Ouest", un voyage immobile à travers son journal et ses poèmes de "gardien de phare"...

http://revue-texture.fr/plein-ouest.html